Blog

Vulnérabilité & Authenticité - De la Tentative de suicide à la Vie

Pour découvrir un témoignage authentique 

Dans le cadre d'une nouvelle série intitulée Authenticité & Vulnérabilité, des membres de la communauté Eklore prennent la plume protégé ou pas par l'anonymat. 

 

 

 « À mes montagnes, reconnaissant, infiniment, pour le bien-être intérieur que ma jeunesse a retiré de leur sévère école »

Walter Bonatti

Il y a 7 ans quasiment jour pour jour je faisais une tentative de suicide.

 

Pourquoi en parler si longtemps après alors que certains(es) pourraient dire que « l’eau a coulé sous les ponts » ou que le « temps a fait son temps » ?

Une de mes plus proches amies et amis, une de celles et ceux sur qui je peux compter dans toutes les circonstances, m’a fait réaliser récemment qu’au triste anniversaire de ma tentative de suicide, j’avais en 2020 inconsciemment trouvé le moyen de réaliser un de mes rêves : gravir le Mont-Blanc.


7 ans après c’est une belle revanche contre moi-même. Tous les signes étaient donc réunis pour me pousser à prendre mon clavier et partager sur mes apprentissages.

 

Le 8 Mars dernier, sur la scène du Zenith à l’occasion de Debout Citoyennes, Bénédicte Sanson, créatrice du Moovjee faisait un appel pour la création de mentorat pour toutes les situations de la Vie. Ce témoignage m’a profondément touché car Bénédicte nous a partagé une des origines de son engagement : la perte d’un de ses enfants.1 J’ai été alors face à la douleur inimaginable d’une mère qui a réussi à se relever grâce à ses pairs.

 

Qu’est-ce qui m’avait alors poussé à passer à l’action et vouloir causer une telle peine à mon entourage et en particulier à ma mère ?

Avec un peu de recul maintenant, je réalise que j’étais à l’époque en plein questionnement sur trop de sujets : personnels, professionnels et sociétaux. Je ne sais plus de qui je tiens cette mantra mais j’aime dire que nous sommes faits(es) pour faire face à une situation majeure à la fois dans nos Vies et qu’à partir de deux nous avons besoin d’accompagnement. Je n’en avais pas conscience mais c’était tous les questionnements autour de mon orientation sexuelle qui me perturbaient. Alors que mon entourage était des plus ouverts, il m’aura fallu une tentative de suicide et le décès d’une de mes très proches amies survenu le lendemain pour que j’accepte qui j’étais. J’ai ainsi vécu exactement ce que décrit Claire Marin dans son livre Rupture(s) notamment dans le chapitre sur les mécanismes en jeu pour devenir soi : ce sentiment d’être engoncé(e) dans un corps dont la vraie identité n’attend que d’éclater au grand jour.  

 

Qu’est-ce que j’en retire ?

Une des premières choses que j’ai dû déconstruire a été que bien que je sois une personne dynamique, positive et très entourée je n’étais pas invincible contre la dépression et que j’avais besoin d’accompagnement. J’ai ainsi réalisé que cette maladie qu’est la dépression peut toucher n’importe qui à n’importe quel moment. Malheureusement (ou heureusement la Vie nous le dira) nous ne sommes pas des wonder women ou des supermen. Je suis désormais convaincu que nous avons tous et toutes potentiellement besoin d’être accompagnés(ées) dans des espaces où nous pouvons verbaliser nos ressentis sans aucun justement : par écrit, par oral avec des proches, un(e) psy, un(e) coach, un(e) thérapeute ou des pairs comme Bénédicte. Depuis, j’encourage toutes les personnes que je rencontre en questionnement de ne pas hésiter à aller en parler par exemple et de ne plus voir la psychologie comme un sujet tabou et la dépression comme un faiblesse. En attendant que la graine germe et que ces personnes se jettent à l’eau et prennent rendez-vous, je suis présent pour qu’ils(elles) puissent s’appuyer sur moi. Enfin, alors que je ne me suis jamais autant senti autant équilibré dans ma Vie, je continue à voir mon psy tous les mois.

Une autre chose que j’en retire et qui est devenue une conviction pour moi est que nous pouvons tous et toutes être des radars dans nos entourages respectifs (personnels et professionnels) pour détecter des signes avant-coureurs de risques psycho-sociaux. Aux contacts de nos proches, nous développons une connaissance consciente et inconsciente de ces derniers. Nous disposons donc d’une intuition à déceler les infimes changements qui opèrent chez eux(elles). Utilisons cette intuition pour créer une opportunité et permettre à autrui de verbaliser ou dans le pire des cas de créer ou renforcer les liens.

Enfin, un dernier enseignement de ces 7 ans de cheminement est d’oser communiquer avec ses émotions. Émotion du latin emovere signifie mouvement. Les émotions sont des capteurs dont nous disposons pour sentir notre environnement et nous mettent en mouvement. C’est en rejoignant l’association Eklore, mouvement culturel pour plus d’humanité au travail en 2018 que j’ai découvert que les émotions avaient voix aux chapitres et qu’elles pouvaient être utilisées pour entrer en connexion avec autrui. J’ai notamment découvert lors d’ateliers Eklore les livres Les quatre accords toltèques de Miguel Ruiz et Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) de Marshall Rosenberg. Ces livres m’ont permis de prendre conscience d’axes que j’avais envie d’approfondir pour avoir une communication que relie. A chaque fois que j’expérimente et que j’utilise mes émotions je constate que je ressens systématiquement une peur (comme la maintenant en écrivant ce texte) qui disparait au moment où je passe à l’action et surtout une réelle proximité avec la personne à qui je m’adresse. Je suis désormais convaincu que communiquer avec ses émotions est finalement un appel pour permettre à nos entourages de contribuer.

 

Je terminerai par un encouragement à se réapproprier notre temps2 dans cette ère où tout va toujours plus vite pour se ressourcer, se questionner, être présents(es) à nos entourages et surtout vivre.

 

Un immense MERCI aux personnes sur qui je me suis appuyé, sur qui je m’appuie et sur qui je m’appuierai.

 

À la Vie.

 

Un membre de la communauté Eklore

 

1. Je recommande le film Et je choisis de vivre de Nans Thomassey qui un véritable hymne à la Vie même si le sujet est la perte d’un enfant.

2. Je vous recommande la conférence sur les RH & Le Temps de Marion Genaivre organisée par Eklore le 28 Mars 2019 à Science Po Paris. Marion m’a réconcilié avec la philosophie et sa réflexion qu’elle nous a exposée sur le temps m’accompagne quotidiennement.

Retour à la liste des articles